Compensation carbone

Evidemment, Val de Loire Ecotourisme est conscient et sensible aux enjeux environnementaux actuels et futurs. C'est même l'une des raisons d'être de notre structure qui cherche à offrir une (re)découverte de la Nature (avec un grand N, incluant dès lors tout le reste dont nous) et des objectifs clairs d'éducation à l'environnement, dont la finalité est bien de repenser notre rapport à la Nature et à notre environnement. Cependant, il n'est pas toujours évident de concilier tourisme et environnement. Le transport est évidemment un sujet très important bien qu'il ne soit pas le seul.
 

Comment concilier voyage et environnement ?

Planeur avion voyage

Qui dit voyage dit souvent avion, et donc émission de carbone et autres polluants. Pour ne pas polluer lors de vos voyages, la bonne méthode est de ne pas voyager, ou bien de voyager à pied ou à vélo (sans moteur électrique évidemment).

Nos modes de vie et le temps qui nous manque toujours rend difficile un voyage lointain sans avion.

Par exemple, comment découvrir les richesses culturelles et naturelles du Pérou sans prendre l'avion? Si, vous pouvez partir à pied puis en bateau (à voile) et ensuite traverser l'Amazonie... Prévoyez de longs mois de voyage pour cette aventure et pensez aussi au retour, ou pas...

Voyager ou ne pas voyager ? That is the question...

Compensation carbone et écotourisme

Nous sommes donc confronté à un dilemme. Partir et polluer ou ne pas partir ? La question est: est-ce que l'expérience vécue et l'impact local de votre voyage "vaut" un aller/retour en avion à l'autre bout du monde ? Dit autrement, votre voyage au Pérou par exemple (qu'on ne fait sans doute qu'une fois dans sa vie) vous apportera des émotions et des éléments de compréhension du pays à travers la biodiversité locale, la culture et l'histoire de ses habitants, en vous sensibilisant sans doute à la fragilité des écosystèmes et des modes de vie des communautés locales. La rencontre avec ces personnes, la découverte des espaces et des espèces avec des guides locaux, les retombées économiques de votre passage chez des artisans, hébergeurs, restaurateurs... sont réelles, directes et bien souvent indispensables. 

Ainsi, loin de nous l'idée d'occulter l'impact de notre venue sur un autre continent, mais en attendant les solutions concrètes qui doivent venir des Etats et des gouvernements, nous préférons créer du lien avec d'autres cultures, découvrir et comprendre de nouveaux paysages, pour mieux percevoir la fragilité globale du monde dans lequel notre espèce évolue. Chacun est ensuite responsable et libre de remettre en cause ou non son mode de vie ou sa vision du monde...

Traditions et cultures locales ou folklore ?

Folkrore et population locale

Aussi, nous sommes très vigilent quant à la "folklorisation" des populations locales et de leurs traditions.

Le petit groupe (- de 12) est une première réaction concrète qui limite considérablement l'effet de groupe et la tentation pour les gens de donner ce que viennent chercher les touristes, à savoir La photo ou plutôt le cliché !

Pas toujours évident de trouver l'équilibre mais nous y travaillons constamment, pour toutes nos destinations.

La compensation carbone: solution ou action qui déculpabilise ?

Nous ne rentrerons pas ici dans un débat idéologique, qui relève plus des convictions personnelles et souvent politiques de chacun, mais tenterons de proposer des solutions cohérentes pour non pas déculpabiliser mais bien donner du sens à nos actions.

Aussi, rien ne vous empêche de faire vos propres démarches personnelles, comme la compensation carbone, le soutien à des projets environnementaux ou sociaux... et pas que pour compenser un voyage, mais bien toute l'année, pour compenser nos maisons en parpaings, nos modes de chauffage, nos déplacements en voiture, notre alimentation... Sinon, il y a la paille, le bois, le local, le bio... Pas toujours accessible ni adaptable

Déjà, on peut commencer par "calculer" l'impact de son voyage en terme d'équivalent carbone. Des sites existent, et vous proposent ensuite de financer des projets pour compenser votre émission de CO2. A vous de creuser pour savoir ce que vous financez tout de même, et de contrôler le bon usage de vos deniers. Pas toujours évident. 

Quoi qu'il en soit, un voyage A/R en avion au Pérou, avec un train pour Paris coûterait environ 5t de CO2. Pour "compenser", il vous faudra planter une trentaine d'arbres. La question c'est quels sont les projets qui ont un impact réel sur l'environnement ? De plus, comment savoir que le projet est inscrit sur du long terme et surtout qu'il se place dans une démarche globale de reconnexion avec notre environnement ? 

Quelques acteurs pour acheter son droit à polluer

Pour nous aider, il existe pléthore d'organisations et même d'entreprises qui proposent des services de compensation carbone, en voici quelque uns: 

Article à lire dans LE MONDE

Des projets locaux, en quête de sens:

Nous travaillons avec nos partenaires locaux pour trouver des projets cohérents en matière de développement durable dans chaque pays que nous proposons à la découverte.

Tout ceci prend du temps si l'on veut y mettre du sens...

En cours de rédaction